Lesbiennes Journaliste, de l’Amadou, afin de contourner les Homosexuels Datant Interdiction au Pakistan

Lorsque la journaliste Natasha Noman, 29, déplacé vers le Pakistan, un pays où les relations homosexuelles sont illégales, elle a décidé de signer pour l’Amadou pour rencontrer des femmes de toute façon,Les rapports Indépendants.

Le journaliste, qui s’installe à la campagne pour prendre un travail au vendredi de Fois, dit qu’elle a remarqué que c’était comme si les lesbiennes n’existait pas il y a en tout évident à la façon, alors elle dit qu’elle « a obtenu tout à fait désespérée, donc recouru à l’Amadou, après avoir tenté diverses autres échoue canaux de me trouver un jour. »

Noman dit qu’elle se sentait étrangement en sécurité sur Tinder, car même si les autorités étaient à la surveillance de tout le monde tout le temps, ils ne savent pas ce que Amadou était. Malheureusement, Noman dit qu’elle a trouvé seulement trois femmes-la recherche-les femmes dans le pays et deux d’entre eux « ressemblait étrangement à celle des hommes ».

Une fois qu’elle a trouvé quelqu’un pour aller sur une date avec grâce à l’application, elle a découvert que le père de la femme l’avait récemment été enlevés par les Talibans, qui Noman dit généralement moins pour des raisons politiques, et plus à voir avec le fait que l’économie est si pauvre et un enlèvement peut produire quelques centaines ou même des milliers de dollars. Il y a beaucoup plus de ses histoires, et si elle est en cours d’exécution un one-woman show à propos de son expérience avec la datation au Pakistan appelé « Noman’s Land » au Festival Fringe d’Édimbourg.

Elle a depuis déménagé à New York après qu’elle lui a conseillé de quitter le Pakistan après avoir été témoin de plusieurs de mes collègues de l’obtention de tir.

En espérant qu’elle a une meilleure chance de NYC de l’Amadou, qui peut ne pas être le plus grand, mais au moins, il y a plus de trois lesbiennes.

Laisser un commentaire