La Raison pour laquelle Ce Père Est le Crowdsourcing des Fonds pour Son Fils nouveau-né Va Briser Votre Coeur

Nouveau père Samuel Forrest dit à ABC News qu’il savait que, avec la naissance de son premier enfant le mois dernier, « sa vie allait changer à jamais. » C’est le cas pour tous les parents, après tout. Malheureusement pour Forrest, la situation n’était pas assez change la vie, dans la façon qu’il avait prévu. Via ABC:

« Ce pédiatre sort de la salle avec un petit paquet — c’est Léon, » Forrest dit. « Elle avait son visage couvert et les administrations hospitalières ne serait pas me laisser voir, lui ou ma femme. Quand le médecin est venu, dit-il,  » Il y a un vrai problème avec votre fils. » »

Forrest le fils de Leo est né avec le syndrome de Down, les médecins ont dit de lui. En Arménie, où Forrest et sa femme vivait avec sa famille à l’époque, ce qui représente une terrible tabou culturel. Sur la page GoFundMe Forrest est maintenant en cours d’exécution afin d’amasser des fonds pour Leo, il explique:

Dans ce minuscule pays sans littoral réputé pour son hospitalité, des dizaines de bébés sont abandonnés chaque année, pour des raisons allant de la physique ou une déficience intellectuelle et des mineurs  » imperfections.’ Cette pratique de l’abandon des enfants en raison d’un handicap, est malheureusement très répandue dans toute l’Europe Orientale et de l’Ex-Union Soviétique, résultant d’une culture qui a refusé d’accepter les défauts de l’homme. Les professionnels de la santé estiment que 98% de la totalité du Syndrome de Down, les bébés nés en Arménie sont abandonnés chaque année. Ces enfants abandonnés sont souvent placés dans des orphelinats où ils vivent et meurent, rejetés et oubliés de la société.

ABC News décrit cela comme « les pratiques hospitalières en Arménie » concernant les bébés nés avec un handicap; Daily Mail ajoute, « la culture arménienne, qui estime qu’un enfant avec une maladie comme Leo apporte la honte sur la famille tout entière. » Et Forrest arménienne femme Ruzan lui a donné un ultimatum là: son mariage ou de son enfant, dit-il. « Ce qui se passe quand un enfant comme cela est né [Arménie], ils vont vous dire que vous n’avez pas à les garder, » at-il expliqué. « Ma femme avait déjà décidé … tout cela a été fait derrière mon dos. » Forrest ajoute, via GoFundMe, que sa femme a refusé de toucher ou même de le regarder Leo.

Forrest avec Leo. Courtoisie de Samuel Forrest; GMA

Il a choisi de garder son fils, et une semaine plus tard, elle a demandé le divorce. Atteint pour le commentaire par ABC News, Ruzan a confirmé qu ‘ « elle a eu un enfant avec le syndrome de Down, et elle a quitté son mari, qui a l’enfant, mais a refusé de préciser. » (Aucun commentaire n’a été faite par l’hôpital en question.)

« Apporter de Leo à la Maison », à la page GoFundMe Forrest a depuis mis en place, est la collecte de fonds pour un retour à la Nouvelle-Zélande (son pays natal). Il explique:

Avec peu de travail, pas d’argent, de ressources ou de la famille, et maintenant pas de la maison, son père Sam veut retourner en Nouvelle-Zélande avec Leo, où Leo peut avoir une qualité de vie et de l’acceptation, de l’intégration dans la société qui, malheureusement, n’est pas encore possible en Arménie.

Forrest est fixé un objectif de 60 000 $à payer pour le déménagement et l’équivalent d’une année de « l’amour, des câlins et de la dévotion. » Dès 8 h 20 HNE ce matin, et après plus de médias, plus de 200 000 $a été amassé pour Leo. Et les dons continuent à affluer. L’argent supplémentaire sera utilisé pour financer les Leo de soins et d’éducation dans le long terme, quand il est de retour en Nouvelle-Zélande, et aussi de sensibiliser et de favoriser un changement dans la façon dont le syndrome de Down enfants sont traités en Arménie. L’argent sera dépensé pour « financer les installations et les programmes ici en Arménie qui permettra de soutenir les futurs parents à garder leurs enfants en dépit de tous les handicaps, les » Forrest écrit dans une mise à jour, en ajoutant que les fonds excédentaires seront également envoyés à celui — parce que, apparemment, il y a seulement un orphelinat arménien qui se soucie de syndrome de Down chez les bébés.

« Après ce que j’ai vécu avec Léo, je ne vais pas m’asseoir et regarder les bébés seront envoyés dans des orphelinats, » il a déclaré à ABC Nouvelles. « Ce petit gars », en référence à son fils, « c’est génial. »

Laisser un commentaire