Femme Qui Prétend Avoir des Centaines d’Orgasmes par Jour, Affirme qu’Il est de Ruiner Sa Vie

Cara Anaya est un 30-year-old femme et la mère de l’Arizona, qui souffre d’une très étrange problème. Il y a trois ans, elle a été diagnostiquée avec génitale trouble de l’appétit, ce qui signifie qu’elle est soudain et incontrôlable de surmonter avec des spasmes de désir sexuel pour jusqu’à six heures par jour.

« Je suis fatiguée, je suis épuisée, mais je sais que dans les prochaines secondes, des minutes, des heures, un autre va frapper, dit-elle à Barcroft Media. « Un jour que j’ai décidé de compter le nombre d’orgasmes que j’ai eu, en une seule séance, j’ai compté 180 dans deux heures. » Qui s’ajoute à plus d’un orgasme à chaque minute.

Cara état a mis à rude épreuve lors de son mariage.

« Quand ma femme a été diagnostiquée pour la première fois avec PGAD, j’ai pensé qu’elle était folle, » son mari, Tony Carlisi, dit Barcroft Media, « je dirais que la chose la plus difficile, c’est de voir ma femme dans la douleur et il n’y a rien que je peux faire pour l’aider. »

Sa maladie a forcé à être reclus, elle a trop peur et mal à l’aise à même d’aller à un café avec son mari ou de s’asseoir sur un banc dans un parc, de peur d’éclater en spontané de l’orgasme. Elle a visité plusieurs médecins et spécialistes de la vulve mais comme de maintenant, il semble y avoir aucun remède pour sa maladie.

Mais les effets de la maladie ont également eu des conséquences sur sa relation avec son 10-year-old fils.

« Lorsque vous êtes autour de enfants vous vous sentez comme un pervers parce que vous avez tous ces vraiment des sentiments forts se précipiter à travers votre corps en même temps. Même en faisant l’école est un souci, car l’excitation de développer et de construire, et je me dois de rester dans la voiture jusqu’à ce qu’il est plus ou d’essayer et le masque », dit-elle. « Il a dévasté mon implication dans la vie de mon fils, car je me sens trop sale pour être une partie de. Nous voulons qu’il soit un enfant normal, mais en même temps il ne peut pas avoir des amis autour de parce que maman a cette condition. »

Elle décrit l’impact qu’il y a sur sa journée-à-jour-vie en tant que telle: « dans un bon jour la vie continue, dans un mauvais jour, c’est la désactivation, mais j’ai encore de ramasser Merrick de l’école, être à l’épouse de Tony et de faire le dîner. Sur un mauvais jour, c’est comme le Cookie Monster sur les cookies. »

Laisser un commentaire