Comment je suis Devenu un Sexpert dans Mes 20 ans

Kait Scalisi, 26 ans, est un éducateur sexuel, le Directeur de l’Éducation et de la Formation au jouet de sexe détaillant Mon Secret de Luxe, et le fondateur de la Passion par Kait.

J’ai d’abord été impliqué dans l’industrie du sexe-positive du monde dans un collège en procédant à domicile sex toy parties. Un de mes amis a avoir une fête d’anniversaire, et par la fin de la soirée, les gars ont été autour du feu de camp à boire de la bière et de parler de sport, et les filles étaient toutes dans la cuisine avec du vin et du sex toy catalogues. Sa cousine avait commencé à le faire dans-les parties à la maison, et elle a dit, « je vais venir à votre collège et de le faire. » C’était l’année où nous étions tous en tournant 21, donc j’ai hébergé un couple sur le campus et l’ami de mon cousin m’a dit, « Vous devez faire ceci. » Tout le monde était totalement en elle.

Autant que je sache, [les étudiants] ont peut-être vu et entendu parler de jouets de sexe — le Sexe et la Ville a été là — bas- mais aucun de nous n’avait vraiment une expérience personnelle. À l’époque, mon partenaire était d’aller en Allemagne pour y étudier pendant l’année et j’ai été un peu bratty, comme, « eh Bien, vous êtes d’avoir cette chose pour vous, donc je suis en train de faire cette chose pour moi! » J’ai aussi besoin de l’argent rapidement afin de financer un voyage pour aller le voir alors qu’il était étudiant alors je me suis dit pourquoi pas. Même si elle a commencé à partir de ce très pratique d’un point de vue personnel, très vite, il se transforma en, « Holy moly, il y a toutes ces filles qui ont toutes ces questions, et j’ai vraiment besoin d’améliorer mon jeu et d’apprendre autant que je peux. »

J’ai été un neurosciences majeur. J’étais à l’époque pré-med et de la planification de l’ob-gyn. Tout était donc m’entraîne vers le sexe comme une carrière. J’ai en quelque sorte devenu obsédé et appris autant que je le pouvais. [Sex chercheurs] Betty Dodson et Debby Herbenick est devenu mon idole. J’ai fait mon premier cycle dans le Massachusetts, lors d’un petit collège d’arts libéraux et techniquement, je n’étais pas autorisé à faire sex toy parties sur le campus parce que c’était un collège Catholique. J’ai réalisé très tôt que le montant de la honte autour du sexe était tout simplement énorme. J’ai le privilège d’aller dans cet espace et d’en parler d’une manière positive. C’est professionnel et éducatif. Ce n’est pas minable.

En grandissant, ma mère était vraiment cool. Sexe les gens se divisent en deux catégories: vraiment conservateur parents ou la mère qui est le go-to. Ma maman avait un go-to. Si mes amis avaient garçon problèmes, ils étaient à ma maison. Je me souviens encore de demander à ma mère ce que une gaffe était en cinquième année. Elle a toujours été très factuel.

J’ai obtenu mon diplôme et était en train de faire la recherche psychosociale avec les patients atteints de cancer. J’ai été la supervision de l’un des NIH [Instituts Nationaux de la Santé financé par l’étude de trois grands hôpitaux dans le AMÉRICAINES Ma chercheur principal était vraiment avant-gardiste et effectivement demandé pour les patients atteints de cancer sur leur santé sexuelle. Il y a cette dichotomie que j’ai vu très fermement. Les fournisseurs de soins de santé ont été choqués qu’on lui posait sur le sexe. Et les patients étaient comme, « Merci, merci ». Je voudrais obtenir la pleine antécédents sexuels. C’était quand j’en ai besoin pour être en se concentrant plus sur cela parce que j’avais les compétences et les outils, et j’ai bien fait les gens se sentent à l’aise. À l’époque, j’étais toujours fixé sur l’école med. J’ai appliqué, j’ai obtenu dans et a décidé de ne pas aller. J’avais toujours pensé que je ferais un MD/MI / h [master en santé publique]. Alors je me suis dit, je vais me concentrer sur le MPH partie et si je décide de revenir à la médecine, au bout d’un an alors je peux. J’ai donc appliqué, obtenu à l’université Johns Hopkins, et surtout de l’éducation sur la santé sexuelle. Depuis lors, j’ai été laser focalisé sur la santé sexuelle, en particulier pour les femmes.

Je blogue, j’enseigne, j’écris, et je ne un-sur-un la sexualité des consultations avec les femmes et les couples. La plupart des questions sont certaines version de, « Suis-je normal? » Pour les couples, je vois beaucoup de mal assortir les lecteurs du sexe. Pour les femmes célibataires, beaucoup de questions sont posées sur les orgasmes: « je ne suis pas sûr que je ai jamais eu. » Ou: « je n’ai jamais eu. » Certains de c’est juste de gérer les attentes et de faire beaucoup de l’enseignement que les orgasmes sont de toutes les saveurs.

Il y a beaucoup d’intérêt dans Cinquante Nuances de Grey. Nous faisons beaucoup de formation sur la façon ce n’est pas ce plier ressemble dans la vraie vie. Il y a beaucoup de ombragée de consentement dans le livre. D’une part, je suis heureux, il a apporté BDSM dans le courant dominant, mais d’un autre côté, il aurait pu être un meilleur livre, à la fois l’écrit et à cause du contenu. J’aurais préféré quelque chose d’un peu plus authentique. Mais c’est en permettant à ceux des conversations de se produire et de permettre aux femmes de poser ces questions qui, dans le passé, ils peuvent ne pas avoir mis en place.

Tout le monde est fasciné sur le cul. Beaucoup de questions! Ils sont fascinés, mais ils sont dégoûtés et la nature de l’intéressé, mais vous ne savez pas comment se sentir à ce sujet. Le cul apporte tout un tas de trucs. Et le G-spot sont les deux choses que les gens sont plus obsédé par l’envie d’en savoir plus à propos de. Clitoridienne vibes et le G-spot vibe sont les deux types les plus populaires de jouets. Autant que le lapin de style vibes obtenu en popularité, il est vraiment difficile d’en trouver un qui fonctionne bien pour vous, parce que la différence entre le vagin et le clitoris varie sur chaque femme. Les femmes veulent souvent savoir ce que l’un vibromasseur qui va les sortir de tous les temps est. Certaines femmes veulent vraiment circonférence; certaines femmes veulent vraiment fort clitoris vibes. Il dépend et varie.

J’ai eu tellement de gens, surtout les hommes, savoir ce que je fais et ils disent, « Oh mon dieu, tu dois être grand dans le sac. » Je suis encore au point où j’en rire, alors je prends le temps de faire un peu d’éducation. La perception est vraiment que nous sommes tous des pervers, d’ouvrir, de l’échangisme. Et la vérité est, il ya beaucoup de que. En particulier dans les sex-positive monde plus que les universitaires sexe monde, je dirais. Mais cela ne signifie pas que nous faisons tous! J’ai été avec le même partenaire depuis le lycée. Nous avons été les uns avec les autres depuis plus de 10 ans. À ce stade, il va juste avec le flux. Il est très à l’aise avec elle. Il apprécie que je me suis engagé à garder les choses amusantes et d’expérimenter et essayer de nouvelles choses. L’un des thèmes que j’enseigne beaucoup de choses au sujet de la passion dans la monogamie, parce que je suis en train de vivre.

À la fin de l’été, j’ai rejoint Mon Secret de Luxe. Nous sommes dans le processus de création de certains des webinaires et des ateliers pour cette année. [Nous n’parties] tout le monde. Un de mes préférés des parties ne l’a jamais été une partie de bachelorette avec trois générations. C’était beau de voir tout le monde ensemble et avoir du plaisir, et il n’y pas aucune honte. Stacy [Rybchin, le fondateur de My Secret de Luxe] a fait un certain nombre de fêtes de divorce et je pense qu’il devient de plus d’une chose commune, cette idée de renouer avec votre sexualité une fois qu’une relation se termine.

Je fais aussi beaucoup de bénévolat et l’activisme. Une grande partie de ce travail peut être vu comme blanc, hétéronormatif, haut-le travail en classe. Nous commençons comme un champ d’en parler plus et c’est vraiment passionnant parce qu’il y a de fabuleux éducateurs de chaque classe, chaque race, qui font un travail incroyable à travers le conseil, et nous sommes lentement commencer à voir les changements envers tout le monde d’obtenir ce genre d’attention. Mon slogan est: « Trouver la liberté dans le plaisir. » Pour moi, beaucoup de qui vient vers le bas pour aider les femmes à se laisser aller et de l’orgasme, et d’obtenir leurs besoins sexuels atteints. Il y a une couche plus profonde que celle de bien pour moi. Si vous ne pouvez pas avoir accès à des soins de santé sexuels, si vous êtes dans le lit et la peur de tomber enceinte et que vous êtes inquiet au sujet des Ist, vous ne pouvez pas vraiment se laisser aller et profiter du sexe comme ce plaisir, le plaisir rempli de chose. Il est donc important pour moi de faire ce travail sur le côté.

« Travail du sexe » est une série hebdomadaire que les profils de femmes qui ont des carrières dans le sexe des industries connexes — à partir de stars du porno de sexe, des chercheurs et tout le monde entre les deux. Revenez chaque mardi pour la dernière interview.

Cheryl Wischhover écrit à propos de la beauté, santé, remise en forme et de la mode. La suivre sur Twitter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *